Objectif Figaro pour Fabien Henry

Jean-Marie Liot

Il fait le grand saut. Après plus de douze années consacrées à la course au large en équipage, Fabien Henry passe aujourd’hui au solo avec en ligne de mire la prochaine Solitaire du Figaro. « Ca me trotte dans la tête depuis un bon moment » lâche le marin qui a attendu de réaliser la plus belle saison de sa carrière pour changer de support. En 2012, lui et son équipage Toulon Provence Méditerranée (TPM) auront été invincibles, remportant aussi bien le Tour de France à la Voile que le titre de champion de France de course au large en équipage. C’est donc par la grande porte qu’il quitte le monde de l’équipage et pas tout à fait par la petite qu’il rejoint celui du solitaire. Pour mener à bien son projet, ce marin carré, réfléchi, s’est mis en quête d’un budget de 200 000 € pour la première année, une somme qu’il estime nécessaire à la réalisation de ses ambitions. Pour ce professionnel de la gestion de projet – il a piloté une équipe de plus de 10 personnes pendant une décennie – la performance ne se conçoit que sur la durée. L’année 2013 sera donc celle du lancement avec pour objectif le titre de premier bizuth sur la Solitaire avant, en 2014, de confirmer et en 2015 de viser les podiums. Plusieurs figaristes de renom ont déjà proposé de lui mettre le pied à l’étrier. Qu’il s’agisse de Morgan Lagravière, Fabien Delahaye, Nicolas Lunven ou Nicolas Bérenger, ils ont tous réagi avec enthousiasme à l’annonce de son projet. Nicolas Lunven, vainqueur de la Solitaire du Figaro 2009, voit en Fabien « un grand travailleur » qui a toutes les clés pour arriver très vite au plus haut niveau alors que Daniel Souben, avoue s’être « inspiré » de cet adversaire qu’il salue pour « sa constance ». Pour sa part, Fabien connait ses forces et ses faiblesses. Ancien membre de l’équipe de France jeune de Laser, il a quelques repères en solitaires mais estime avoir à travailler la météo et la gestion du sommeil. Il sait par ailleurs qu’il peut compter sur ses précieuses qualités d’organisation. C’est en effet en partie grâce à elles qu’il doit ses nombreuses victoires en équipage

Interview de Fabien Henry :
« Avant le bateau, ce qui m’intéresse avec le Figaro, c’est surtout le niveau de la série car il y a d’excellents skippers. Pour moi, le solitaire est un passage obligé, je l’aborde avec beaucoup d’humilité. J’ai envie d’étoffer mes connaissances dans ce domaine. Les douze années passées à la tête du projet TPM m’ont apporté beaucoup en gestion de projet. Il reste la partie technique que je vais vite assimiler. Le programme idéal est de naviguer dès début mars avec mon propre bateau. Je vais devoir suivre une formation accélérée pour me mettre au point. Ça me demande pas mal d’heure à faire tout seul mais plusieurs skippers, Morgan Lagravière, Fabien Delahaye, Nicolas Bérenger, Nicolas Lunven m’ont proposé leur aide. L’ambiance sur ce circuit est au partage et à la convivialité et c’est aussi ce que j’apprécie. »